Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

LIVRAISON OFFERTE en France métropolitaine.

Jusqu'à -20% DE REDUCTION avec les packs

Payez en 3 FOIS SANS FRAIS dès 100€

SATISFAITE ou REMBOURSEE pendant 30 jours

Le Syndrome du Choc Toxique : À quoi est-il dû et comment l’éviter ?

Ces dernières années, la presse relate régulièrement divers accidents liés au Syndrome du Choc Toxique (ou SCT). Cette maladie infectieuse est provoquée par la bactérie S. aureus (Staphylococcus), un sous-groupe des staphylocoques dorés, et touche principalement les jeunes femmes utilisatrices de tampons et de coupes menstruelles. Bien que S. aureus, présente dans la nature, soit inoffensive lorsqu’elle est par exemple à la surface de notre peau, elle peut s’avérer dangereuse lorsqu’elle libère des toxines particulières dans notre sang : les TSST-1. Celles-ci peuvent alors s’attaquer aux organes internes tels que les poumons, le foie et les reins. Notez que parmi les femmes porteuses de la bactérie (15 à 40% de la population), seulement 4% subissent un Syndrome du Choc Toxique. Le nombre de cas recensé par an en France s’élève à 20 et seulement 5% des patients pris en charge décèdent. Malgré un taux de mortalité relativement faible, cette infection reste grave et il convient de prendre les précautions de sécurité sanitaire nécessaires pour l’éviter.


Syndrome du Choc Toxique : quelles en sont les causes ?

 

Le SCT est principalement lié au port inadapté de tampons hygiéniques ou de coupes menstruelles lors des règles qu’elles soient normales comme abondantes. La majorité du temps, le phénomène est consécutif à un port prolongé de tampon, au-delà des 4 à 6 heures recommandées. L’explication de l’infection est biologique. En période de menstruation, le vagin devient moins acide et son pH se modifie. Le milieu devient alors favorable à la prolifération de staphylocoques dorés, notamment de S. aureus. Si le sang lié au flux menstruel stagne trop longtemps dans la zone vaginale, irritant les muqueuses de l’utérus et de l’hymen, des toxines TSST-1 peuvent être produites par ces bactéries, , et passer dans le système sanguin.

call-to-collection-bestSeller

De la même façon qu’avec les tampons hygiéniques gardés trop longtemps, il a été récemment mis en évidence que la coupe menstruelle en silicone pouvait aussi provoquer le Syndrome du Choc Toxique. Contrairement à ce qui a longuement fait débat, la composition du tampon ou de la coupe menstruelle n’aurait aucun lien avec le déclenchement de cette infection. Les toxines libérées par les bactéries S.aureus sont actuellement considérées comme les uniques responsables du phénomène. Au-delà d’un mauvais usage du tampon ou de la coupe menstruelle, certains contraceptifs peuvent aussi favoriser l’infection. Le diaphragme, l’éponge contraceptive et la cape cervicale sont autant de moyens de contraception susceptibles d’augmenter les risques de subir un SCT.

 

Notez que le phénomène, même s’il est souvent lié à l’appareil génital féminin, touche également le reste de la population, soit les hommes et les enfants. La survenue d’un SCT peut en effet aussi être due, dans des proportions moindres, à l’infection d’une plaie ou d’une brûlure.

call-to-action-notenter

Reconnaître les symptômes du STC

 

À cause d’un manque d’études et de données liées à cette infection, le diagnostic peut parfois être difficile à poser, même de la part de professionnels de santé. Toutefois, le Syndrome du Choc Toxique entraîne divers symptômes récurrents, semblables dans un premier temps à ceux de la grippe, qui devront vous alerter :

  • Mal de gorge
  • Fièvre : plus de 38,9°C
  • Douleurs musculaires et articulaires.

 

Dans un second temps, peuvent apparaître :

  • Des éruptions cutanées ou irritations similaires à des coups de soleil
  • Des symptômes digestifs (tels qu’une diarrhée, des vomissements…).

 

Le choc toxique en lui-même conduit à :

  • Une baisse importante de la tension artérielle,
  • L’accélération du rythme cardiaque,
  • Un état de confusion, des maux de tête importants,
  • Une perte de conscience ou un coma,
  • Infection des membres pouvant muter en gangrène et provoquer une amputation voire le décès dans les cas les plus rares.

Si vous présentez plusieurs de ces symptômes, notamment en période de menstruations ou si vous avez une plaie infectée, consultez en urgence.

 

Comment est traité le SCT ?

 

Après avoir constaté différents symptômes propres au Syndrome du Choc Toxique, veillez à ôter rapidement, si nécessaire, votre tampon ou votre coupe menstruelle. Ce geste est primordial et doit être effectué avant même de vous rendre aux urgences. Une fois à l’hôpital, une prise en charge rapide permettra aux urgentistes de vous administrer un traitement par intraveineuse afin de faire remonter la tension artérielle. Des antibiotiques vous seront aussi généralement donnés pour stopper l’infection.

 

Les conseils pour prévenir l’infection 

 

Pour éviter la survenue du Syndrome du Choc Toxique et ses possibles graves complications, efforcez-vous de prendre un certain nombre de précautions indispensables :

  • Parlez-en avec votre gynécologue et réaliser des tests périodiques du col de l’utérus.
  • Conservez une hygiène féminine impeccable pour votre flore vaginale en vous lavant les mains avant et après l’utilisation d’une protection périodique, notamment un tampon ou une coupe menstruelle.
  • Changez votre tampon ou stériliser votre coupe menstruelle toutes les 4 à 6 heures maximum.
  • La nuit, utilisez des serviettes lavables réutilisables en fibres synthétiques, hygiéniques absorbantes ou la culotte menstruelle. Le port d’un tampon hygiénique même en coton biologique est à proscrire absolument pour dormir !
  • Privilégiez les contraceptifs les moins à risque comme la pilule ou le stérilet et évitez le diaphragme, l’éponge contraceptive ou la cape cervicale.
  • Pour des conditions hygiéniques optimales, favoriser l’utilisation de culottes menstruelles, vous exposera beaucoup moins au syndrome du risque de choc toxique. 

 

Les culottes menstruelles : idéales pour préserver votre hygiène intime et votre santé

Afin d’éviter les risques d’infection, prendre soin de son hygiène intime est indispensable. L’utilisation de culottes menstruelles pendant les règles représente certainement l’alternative la plus douce et la plus saine en matière de protection hygiénique. Non seulement elles réduisent significativement les risques liés au SCT, mais elles représentent aussi une méthode écologique, contrairement au protège slip, puisqu’elles sont lavables et réutilisables. La composition des tampons jetables et des serviettes hygiéniques n’est par ailleurs pas toujours idéale : on retrouve dans certains d’entre eux, différents composés chimiques potentiellement cancérogènes et des perturbateurs endocriniens. En utilisant des protections hygiéniques plus naturelles telles que les serviettes hygiéniques lavables et les culottes de règle, vous avez l’assurance de préserver votre hygiène intime et votre santé.

call-to-action-chloe

Panier

Paiement avec ou sans création de compte

-10%
-15%
-20%
Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide. sisters-republic-fr-la-culotte-menstruelle-en-tissus-bio-efficace-12h-sans-fuite-ni-odeur-ni-sensation-d-39-humidite-elue-quot-victoire-de-la-beaute-top-innovation-quot

Sous-total 0.00 €
Sous-total Gratuit

Saisis ton code promo à la prochaine étape