le blog des sisters

< Retour
Absence de règles : ce qu'il faut savoir
 | Sep, 2021

Absence de règles : ce qu'il faut savoir

Partager :

L’absence de règles se présente souvent dans des situations bien précises, notamment lors d'une grossesse, suite à l'utilisation d' un moyen de contraception, pendant l’allaitement ou aussi lorsque celle-ci entre dans la ménopause.

Cependant, il peut arriver qu’une femme puisse ne pas avoir ses règles en dehors de ces situations, ce qui permet donc d’indiquer d’autres causes moins évidentes. 

Néanmoins, avant d’en parler davantage de ce phénomène, il important de noter qu’il existe deux types d’absence de règles, à savoir : 

L’aménorrhée primaire, qui touche les adolescentes qui n’ont toujours pas leurs règles au-delà de 16 ans

L’aménorrhée secondaire, qui touche une femme adulte qui n’a plus ses règles sans raison apparente

Le fait de savoir cela est nécessaire puisque dans cet article, on va plus se pencher sur l’aménorrhée secondaire et pour cela, voici ce qu’il faut savoir : 

Quelles sont les causes de l'aménorrhée secondaire ?

L'aménorrhée secondaire peut être causée par diverses conditions qui affectent le cycle menstruel, notamment la grossesse, l'anovulation, les carences en œstrogènes et les obstructions de l'appareil reproducteur. En outre, certains modes de vie peuvent également augmenter le risque d'aménorrhée secondaire.  

Grossesse

La grossesse est la cause la plus fréquente d'aménorrhée secondaire car les femmes enceintes n'ont pas de règles. La possibilité d'une grossesse doit être examinée systématiquement chez toute personne en âge de procréer qui présente une absence de règle. 

Anovulation

L'anovulation désigne l'absence d'ovulation, ou l'incapacité à libérer un ovule pendant le cycle menstruel. Il en résulte un déséquilibre hormonal entre les œstrogènes et les progestérones, ce qui empêche la couche interne de l'utérus (c'est-à-dire l'endomètre) de s'épaissir et de se détacher comme elle le ferait normalement pendant les menstruations. 

Il existe plusieurs causes d'anovulation, notamment le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), dans lequel les ovaires sont hypertrophiés et présentent de petits kystes ; l'hypothyroïdie, caractérisée par de faibles niveaux d'hormones thyroïdiennes ; et l'hyperprolactinémie, caractérisée par des niveaux élevés de prolactine qui peuvent être causés par une tumeur hypophysaire. 

En outre, certains médicaments, comme les antidépresseurs, peuvent entraîner une anovulation. Également, les pilules contraceptives hormonales qui empêche l'ovulation en diminuant la libération de l'hormone folliculostimulante (FSH) et de l'hormone lutéinisante (LH). Ces changements hormonaux suppriment l'épaississement de l'endomètre et peuvent entraîner une aménorrhée secondaire. 

Déficit en œstrogènes

Une carence en œstrogènes, une hormone sexuelle libérée par les ovaires, peut également entraîner une aménorrhée secondaire. Effectivement, en l'absence de niveaux adéquats d'œstrogènes, l'endomètre sera atrophié (très fin) et ne pourra peut-être pas se détacher. 

Une personne peut présenter une carence en œstrogènes en raison d'une insuffisance ovarienne prématurée, c'est-à-dire lorsque les ovaires cessent de fonctionner avant l'âge de 40 ans. L'insuffisance hypothalamo- hypophysaire, qui se manifeste par de faibles niveaux de LH et de FSH, diminue également la production d'œstrogènes.

Obstruction de l'appareil reproducteur

Les menstruations ne peuvent généralement pas avoir lieu en cas d'obstruction de l'appareil reproducteur. La sténose, ou rétrécissement de l'appareil génital inférieur, est l'une des principales causes d'obstruction du flux. De même, la présence de tissus fibreux dans l'utérus ou le col de l'utérus, également appelés adhérences, peut provoquer le syndrome d'Asherman et bloquer le flux menstruel. Ce syndrome se manifeste généralement après des procédures chirurgicales, telles que la dilatation et le curetage, au cours desquelles le col de l'utérus est dilaté et l'endomètre est raclé par un outil en forme de cuillère pour éliminer tout excès de tissu restant à l'intérieur de l'utérus. 

Mode de vie

Tout changement radical du mode de vie peut affecter les niveaux d'hormones et provoquer une aménorrhée secondaire. Un stress trop important ou un entraînement sportif extrême, ainsi que des troubles alimentaires graves, peuvent entraîner un retard des menstruations.

Quels sont les signes et les symptômes de l'aménorrhée secondaire ?

Les signes et les symptômes de l'aménorrhée secondaire dépendent généralement de la cause sous-jacente de l'affection. Si la grossesse est à l'origine de l'aménorrhée secondaire, les premiers symptômes comprennent généralement des nausées, de la fatigue et une sensibilité des seins. 

Les signes courants du SOPK sont une pilosité excessive (hirsutisme), de l'acné, une prise de poids et des difficultés à tomber enceinte. En cas d'hypothyroïdie, les individus peuvent présenter de la fatigue, une peau sèche et squameuse, une perte de cheveux et des changements dans la couleur, la forme et la croissance des ongles. 

Les palpitations, ou les battements de cœur qui deviennent soudainement plus perceptibles, peuvent également être un symptôme d'hypothyroïdie. 

Dans le cas de l'hyperprolactinémie, les personnes peuvent souffrir de maux de tête, de changements de la vision et d'écoulement laiteux des mamelons (galactorrhée). 

En général, la carence en œstrogènes se manifeste par des bouffées de chaleur, des changements d'humeur et une faiblesse osseuse. 

Enfin, l'obstruction de l'appareil reproducteur s'accompagne souvent de douleurs abdominales. 

L'aménorrhée secondaire peut-elle provoquer l'infertilité ?

L'aménorrhée secondaire en elle-même ne peut pas causer l'infertilité ; cependant, certaines de ses causes sous-jacentes sont fréquemment associées à ce trouble. 

Eh oui, toutes les causes d'anovulation affectent la capacité d'un individu à concevoir. Si les ovaires ne libèrent pas d'ovules ou les libèrent rarement, la fécondation ne se fera probablement pas naturellement. En outre, les adhérences entre les parois utérines peuvent également compliquer les grossesses, car le tissu cicatriciel restant peut ne pas permettre au fœtus de s'installer dans l'utérus. 

Comment traite-t-on l'aménorrhée secondaire ?

Pour traiter l'aménorrhée secondaire, il est important de diagnostiquer et de traiter le trouble qui pourrait la causer. 

Par exemple, la plupart des cas de SOPK sont traités par des pilules contraceptives orales contenant de la progestérone ou combinées (œstrogène et progestérone) pour réguler le cycle menstruel. 

En cas d'hypothyroïdie, des hormones thyroïdiennes sont généralement prescrites, ce qui entraîne un rétablissement rapide des menstruations. 

Parallèlement, l'hyperprolactinémie est traitée par des agonistes de la dopamine ou par l'ablation de la tumeur hypophysaire.

L'insuffisance ovarienne peut être traitée par un traitement hormonal substitutif, en fonction de l'âge de la patiente, de ses symptômes et d'autres facteurs de risque. 

Enfin, la sténose cervicale et le syndrome d'Asherman peuvent être traités par hystéroscopie, ce qui implique le passage d'un tube fin et flexible dans l'utérus

Publié le : Sep, 2021
Partager cet article

0 commentaires

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

D'AUTRES ARTICLES ?

Stérilet VS Implants : quelle est la meilleure solution ?

Stérilet VS Implants : quelle est la meilleure solution...

Pendant des années, on peut dire que les femmes ont eu très peu d’options lorsqu’il s’agit de contraception. En effet,...

Lire l'article
Les stérilets font-ils prendre du poids ?

Les stérilets font-ils prendre du poids ?

La prise de poids est une préoccupation courante chez les femmes qui choisissent une méthode de contraception, mais on pense...

Lire l'article
SOPK : tout savoir sur le syndrome des ovaires polykystiques

SOPK : tout savoir sur le syndrome des ovaires...

Savez-vous que des millions de femmes dans le monde souffrent du syndrome des ovaires polykystiques ou SOPK ? Non ? Eh...

Lire l'article

Pourquoi choisir les sisters ?

livraison-culotte-menstruelle

Livraison offerte dès 40€

En savoir plus
test-gratuit-culotte-menstruelle

30 jours pour changer d’ avis

En savoir plus
composition-culotte-menstruelle

Fabriqué avec du coton BIO

En savoir plus
service-client-culotte-menstruelle

Les Sisters à votre écoute

En savoir plus